Nombre total de visites : 4302470
Aujourd'hui : 296
En ligne actuellement : 1

GBAGBO, SORO ET BÉDIÉ S’UNISSENT POUR CHASSER OUATTARA

2020-09-18 21:05:36 - Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS), la plateforme des fidèles de Laurent Gbagbo qui a déposé la candidature de ce dernier était en conférence de presse ce mercredi pour dénoncer les décisions du conseil constitutionnel et appeler les Ivoiriens à la mobilisation en vue des prochaines manifestations.

« EDS lance un appel pressant à la mobilisation des militants et sympathisants des partis et organisations membres de la plateforme, des démocrates de tous bords et du peuple de Côte d’ivoire pour faire barrage à la forfaiture, à la dictature de M. Alassane Dramane Ouattara et à se mettre en ordre de bataille pour des manifestations, conformément à la Constitution, afin d’accélérer l’avènement d’un Etat de droit, par des élections justes, régulières, démocratiques, transparentes et inclusives », note-t-on dans le communiqué signé par le professeur Georges-Armand Ouégnin, président de l’EDS.

Guillaume Soro a appelé, lors d’une conférence de presse animée jeudi à  l’hôtel Bristol de Parid, à une union sacrée de l’opposition contre Alassane Ouattara. Un appel de pied auquel a déjà favorablement répondu Henri Konan Bédié.

Des quarante-quatre (44) candidats qui ont déposé leurs dossiers de candidature à la Commission électorale indépendante (CEI), seulement quatre (4) ont été retenus par le Conseil constitutionnel pour prendre part au scrutin présidentiel du 31 octobre prochain. Il s’agit notamment du président sortant Alassane Ouattara, d’Henri Konan Bédié, de Pascal Affi N’Guessan et Kouadio Konan Bertin. Au nombre des dossiers invalidés, l’on peut citer Laurent Gbagbo, Albert Toikeusse Mabri, Mamadou Koulibaly, Marcel Amon Tanoh et Guillaume Soro pour ne citer que ceux-là.

Toutefois , dans une ordonnance rendue le 15 septembre, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a appelé les autorités ivoiriennes à «surseoir à l’exécution de tous les actes pris à l’encontre de Soro Kigbafori Guillaume » et à « prendre toutes les mesures nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles empêchant au Requérant Guillaume Kigbafori Soro de jouir de ses droits d’élire et d’être élu notamment lors de l’élection présidentielle d’octobre 2020 ».

Conforté par cette décision de la Cour d’Arusha, l’ancien Président de l’Assemblée nationale a animé une conférence de presse, jeudi, appelant tous les candidats dont les dossiers ont été rejetés, et même ceux validés par le Conseil constitutionnel à une unité d’actions en vue de faire pression sur le régime d’Alassane Ouattara.

Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a décidé de saisir la main à lui tendue par Guillaume Soro pour faire front contre leur ancien allié qui a réussi à les rouler dans la farine . « Je me félicite de l’« unité d’action » proposée par le GPS et soutenue par le FPI contre le 3e mandat « inconstitutionnel et interdit » d’Alassane Ouattara. Le @pdcirdaofficiel s’associe évidemment à cette démarche », a tweeté l’ancien chef d’État.

Il convient de relever que le parti de Konan Bédié  s’est retiré des élections des Bureaux des Commissions locales de la CEI. Le représentant désigné dans la Commission centrale n’a d’ailleurs pas encore prêté serment.

CF

 

: Afrique Monde